Comment pendre en charge la culpabilité?

Discours sur la culpabilité

L’homme connaît la culpabilité lorsqu’il commet un acte ou adhère à une pensée qui est contraire aux commandements de Dieu. Le sujet coupable se sent accusé dans sa conscience.

Voler, mentir, commettre l’adultère ou la fornication sont tous des actes qui causeront la culpabilité chez le chrétien. Ce sont des péchés, c’est-à-dire, ce sont des actes que les Saintes Ecritures interdisent.

Au plan social, commettre un acte que la morale désapprouve pose aussi le même problème. La culpabilité est en fait générée par la désobéissance aux principes d’un groupe. Dans la famille, une épouse qui ne remplit pas régulièrement les tâches du ménage vivra certainement la culpabilité. Le mari qui n’assume pas ses devoirs devra la supporter également. Les enfants désobéissants devront la gérer.

Au travail, toute attitude en porte-à-faux avec la déontologie conduira toujours au malaise psychologique vécu comme reproche de conscience. Que ce soit dans la rue, l’homme doit respecter les autres usagers et prendre soin d’eux. S’il désire vivre une vie agréable à l’église ou dans la société, il doit à chaque fois veiller à respecter les exigences du milieu. Jusqu’où sera-t-il obéissant pour le confort de sa conscience ? Là est la question qui se pose particulièrement aux chrétiens.

Il est à remarquer qu’à travers les nations, les principes touchant à la divinité ou à Dieu sont prioritaires. Autrement dit, c’est le manquement aux exigences divines qui causent la plus grande culpabilité. Quand la crainte de Dieu ou des dieux impressionne la conscience, la culpabilité est marquée par la crainte des conséquences. Dans les cultures, les esprits sont généralement intransigeants et leurs sanctions sont généralement immédiates. En effet, ceux qui servent les esprits sont esclaves des esprits et ils ne devront en aucun violer les termes des accords entre les esprits et eux. La violation est immédiatement sanctionnée par des maux qui peuvent aller d’une maladie aigu aux maladies chroniques et même jusqu’à la mort du coupable.

Au plan humain, les sanctions sont également nombreuses allant de la réprimande à la prison ou même à la peine de mort. A moins que le coupable ne fasse l’objet d’une grâce présidentielle (décret d’un président de la république autorisant la libération d’un condamné à mort).

Entre l’acte commis et la sanction (ou punition), le sujet souffre au plan mental. La pensée des sanctions l’indispose et le rempli de peurs et de tremblements. Oui redouter son sort, redouter la punition créé dans la conscience du sujet un malaise caractéristique appelé culpabilité. C’est un sentiment couplé à des émotions de peur des sanctions. Le sujet sait devoir faire face à la justice de Dieu ou à celle des hommes car ayant commis un acte interdit.

La souffrance mentale dite culpabilité perdure jusqu’à l’admission des faits et l’acceptation des sanctions. En fait, nier les faits est une cause d’aggravation de la culpabilité. Reconnaître son tort est une première étape de la guérison. Accepter la punition correspondante est la seconde étape. Surtout si la personne avait consenti au contrat moral auquel il a désobéit.

De ce dernier point émerge un aspect significatif de la loi. A moins d’adhérer à la loi divine et/ou sociale, l’homme ne ressentira pas de culpabilité. Dans l’Ancien Testament, Daniel qui habite en terre étrangère refuse de se prosterner devant une statue d’or quoique connaissant le verdict qui stipulait que tous les contrevenants à l’adoration de la statue devaient être jetés dans la fosse aux lions. Dans son cas, la désobéissance au décret royal était obéissance à la loi divine qui interdisait à Daniel de se prosterner devant une idole. Jeté dans la fosse aux lions, Dieu le délivra de la sanction du roi. Les lions qui sont friands des victimes devinrent doux avec Daniel. Dieu honorait ainsi la fidélité de Daniel à Ses Commandements.

Comment traiter la culpabilité ?

Pour un chrétien, la culpabilité la plus tenace est celle qui le confronte à Dieu. Contrairement aux esprits qui seront colériques et dont les punitions seront rigides et effectives dès la première désobéissance, Dieu est miséricordieux, lent à la colère et riche en bonté. L’Eternel dans sa bonté attend patiemment le pécheur, parfois tout le long de sa vie, qu’il se repente de ses mauvaises œuvres et reçoive son pardon.

Comment donc se dégager du sentiment de culpabilité ?

Nous offrons une démarche simple en cinq points :

1.      Etablir la faute commise.

Ce point est capital. Vous ne devez pas seulement ressentir la culpabilité en vous. Il vous faut réaliser en quoi vous avez péché contre Dieu. Quelle attitude, quelle pensée, quels actes coupables avez-vous commis qui sont contraires aux Ecritures ;

2.      Présentez-vous à Jésus-Christ dans la prière.

Jésus est omniprésent, omniscient et sait très bien quelle est votre faute. De plus, il est le seul qui pardonne les péchés de l’humanité car Dieu lui a donné le pouvoir de pardonner les péchés des hommes (Mar 2.5-10 ; Luc 24.46-47 ; Actes 5.31 ; 10.43 ; 13.38 ; 26.18). Les autres voies telles la pénitence, les mortifications de soi ne sont que calmants inutiles. Le pardon du Christ guérit définitivement la conscience de l’homme.

3.      Exprimez le regret du mal commis

Une fois dans la présence du Christ, Dites-lui que vous regrettez le mal que vous avez commis. Que ce soit le vol, la débauche, l’ivrognerie, le crime, la perversion, la magie, la sorcellerie, l’approche est la même. Dites à Jésus-Christ que vous regrettez toute la méchanceté que vous avez causé aux gens dans votre vie. Par exemple dites : ‘Seigneur Jésus, je regrette les excès d’alcool auxquels je m’abandonne tous les jours’ ; ‘Seigneur Jésus-Christ, je suis désolé pour toutes les injures que je lance aux gens à longueur de journée’ ; etc.

4.      Demandez-lui pardon.

Demandez-lui de vous purifier par son sang. En effet seul le sang du Christ purifie. D’aucuns pensent que c’est l’eau du fleuve, d’autre l’eau de la mer, d’autres des décoctions de plantes. Spirituellement, nous vous attestons que le Christ-Jésus vous rend spirituellement pur et restaure votre conscience dès l’instant où vous prononcez votre demande de pardon. Lui qui demande de pardonner 77 x 7 fois en une seule journée (Matthieu 18.21-22) vous pardonne sans délai.

5.      Dites merci au Seigneur

Dites-lui merci pour sa miséricorde et sa grâce. La gratitude est agréable entre humains. Dieu qui nous fait du bien veut que nous sachions reconnaître ses bienfaits et le louer. Il est agréable à Dieu de lui dire merci pour son pardon. Le pardon de nos péchés a coûté à Dieu le sang de son Fils Jésus-Christ. Il convient de ne jamais penser que le pardon spontané, immédiat et gratuit de Dieu est de piètre valeur. Non. Son pardon est le meilleur des trésors : son pardon guérit nos âmes et nous établit dans la vie éternelle en Jésus-Christ.

Vous avez péché contre autrui

Si vous êtes coupable d’avoir péché contre un frère, un ami, un voisin. Il vous revient après la 5e étape d’aller vers la personne et lui présenter vos excuses. Avec humilité et en peu de mots. Toutefois, si le prochain ne sait rien du tort que vous lui avez causé, les 5 étapes présentées ci-haut suffiront. Veiller à ne pas recommencer vos méchancetés. Si vous êtes sincères, l’Esprit de Dieu vous guidera en tous points dans la conduite à tenir.

Si un autre est coupable et vous en ressentez les effets

Si quelqu’un d’autre a péché contre vous et vous souffrez un sentiment de peine liée à son péché, voici l’étape suivante présentée par Jésus-Christ lui-même :

«Si ton frère a péché, va et reprends-le entre toi et lui seul.

S’il t’écoute, tu as gagné ton frère. Mais, s’il ne t’écoute pas, prends avec toi une ou deux personnes, afin que toute l’affaire se règle sur la déclaration de deux ou de trois témoins. S’il refuse de les écouter, dis-le à l’Église ; et s’il refuse aussi d’écouter l’Église, qu’il soit pour toi comme un païen et un publicain. Je vous le dis en vérité, tout ce que vous lierez sur la terre sera lié dans le ciel, et tout ce que vous délierez sur la terre sera délié dans le ciel.» (Mattieu 18.15-18).

Sachons toujours pardonner car le Christ nous indique que c’est ainsi que Dieu le Père nous pardonne. Le Notre Père ne dit-il pas …’pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés ?

Pardonnons et soyons des ouvriers de paix.

Soyons parfaits, comme le Père est parfait (Matthieu 5.48 ; 1Pierre 1.15-16)

Que le Seigneur Jésus vous bénisse et vous comble de sa paix.

Qu’il vous aide à entretenir une conscience irréprochable pour le jour de sa venue.

Christien

Publicités

A propos Princededieu

Psychologue chrétien, nous vous aidons à marcher dans une bonne santé spirituelle par Jésus-Christ notre Seigneur et Maître. Nous avons confiance que Sa Parole vous guérit durablement.
Cet article, publié dans Edification, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s